Cycle Noir & Blanc

Huit et demi (VO)

Le cinéaste Guido Anselmi, en cure dans une station thermale, traverse une forte crise créative. Alors qu'il cherche une source d'inspiration pour son prochain film, il se trouve happé par ses souvenirs et ses fantasmes.

"Au moment du tournage de 8½, il m’arriva une chose que je redoutais depuis longtemps. Je fus victime d’un blocage, comme les écrivains en ont parfois devant leur page blanche. Le blocage de Fellini devint le sujet même du film. Les angoisses d’un cinéaste en mal d’inspiration et en mal de vivre tout court. Guido / Mastroianni, double notoire arborant tous les attributs felliniens (manteau noir, écharpe et Borsalino), se laisse porter par le souffle du vent à travers les fantasmes et les rêves du passé, jusqu’à la farandole finale, d’une beauté infinie, indissociable du thème légendaire de la fanfare de Nino Rota." La cinémathèque française

21/05 : 14h00 22/05 : 17h15

Dead man (VO)

William Blake prend le train vers l’Ouest pour y exercer le métier de comptable. Arrivé dans la sinistre ville de Machine, il s’y trouve accusé à tort d’un double meurtre et prend la fuite, une balle logée près du cœur. Accompagné de Nobody, un Indien cultivé qui le prend pour le poète anglais William Blake, il s’engage dans un périple à travers l’Ouest sauvage…

Voir Dead Man, c’est s’embarquer pour un voyage au pays des morts guidé par un Johnny Depp plus magnétique que jamais, sous le patronage romantique et protéiforme du poète William Blake, de Robert Mitchum - dont c’est le dernier rôle au cinéma -, des fantômes du western, mais aussi de Neil Young, dont les riffs de guitare se fondent dans la narration et structurent le fi lm comme un long poème.
Isabelle Regnier, Le Monde

Prochainement